Dans le précédent article je vous présentai le parcourt de Poilu de mon grand-père paternel.

Voici la suite de son portrait :

En 1920, il passe son permis de conduire.

Et le 3 août 1920, il épouse Honorine Barelli, imagigner la rencontre me semble évident, car ils habitaients la même rue. Lui au n° 20 et Honorine au n° 18 ou ses parents tenaient une épicerie…

Puis, en 1922 vient la naissance d'un premier enfant, une fille, prénommée Catherine, qui malheureusement décède quelques mois plus tard.

Suivront d'autres enfants, Jean, René, Jeanne et Roger mon père.

Avec son frère Jean, ils achéteront un camion et projetteront de tenir l'Auberge de Pichauris (bien connue des Marseillais). Mais seulement Jean mènera à bien cet entreprise.

Dominique, étant boucher, travaillait aux abattoirs et il se blessa lors d'un chargement.

Un brouillon de lettre écrite par son cousin Fortuné, venu en aide à ma grand-mère, relate les faits :

Lettre accident Dominique

"C'était un vendredi, son cousin, venu le voir s'apperçoit d'une blessure au bras droit et Dominique lui a répondu, que ce n'était rien.

Le mercredi, il souffrait de cette blessure, mais il a continué de travailler jusqu'au samedi. Finalement son épouse fait appel au médecin, celui-ci a commencé à le soigner en l'inscrivant aux assurances sociales (sic !), mais le mardi le médecin le fait hospitaliser et le mercredi (5 août 1936) il décède à l’Hôpital Desbief."

Une enquête fut mener pour définir un accident de travail.

Convoc Enqt accident Dominique

Je n'ai retrouvé aucun document, confirmant ou non la reconnaissance d'un accident du travail ni d'une quelconque pension.

Ma grand-mère élévera seule ses 4 enfants, avec un grand courage, malgré les difficultés.