Les instants de Sartea

04 novembre 2017

Potée d'automne 2017

20171005_191624

Carex, Heuchère, pensée et lierre à petites feuilles

potée 2017

En tenue d'automne, vue d'ensemble

20171029_141740

Zoom, jardinière : cyclamens roses et mauves et Bégonia

 

Posté par Sartea à 15:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


27 octobre 2017

C'était il y a 100 ans

Notre grand-oncle Marius Alfred Arquier, le frère de notre grand-père, décédé, à l’âge de 21 ans,  à la Royère lors d’une mission de reconnaissance.

Aujourd’hui rendons lui hommage…..

Voici l’extrait des Journaux de guerre, relatant l’historique les faits durant cette mission.

1917 – Octobre - Dans la journée du 27 des reconnaissances sont envoyées dans la direction du Moulin Henri et du pont coupé, avec mission de reconnaître dans quelles conditions on peut traverser le canal de l’Ailette

Ces reconnaissances se heurtent à des détachements ennemis dont elles ne peuvent évaluer la force ; elles combattent faisant subir des pertes à l’ennemi qui, malgré tout tient le bois entre la coudrière et le canal.

Historique des faits

Entre temps, ordre étant donné de préparer un détachement de 6 hommes sous les ordres du Lieutenant Machet pour franchir (de vive force si cela était nécessaire) le canal et faire une reconnaissance sur Chevregny, détaché à la lisière sud de la Cendrière un poste de liaison avec la 87°DP

Ce poste constitue avec le poste envoyé à Moulin Didier une ligne de surveillance avancée.

Il y eu 2 grenadiers de tués dont Arquier Marius et 7 blessés.     

Arquier Marius Dc

 

 

Posté par Sartea à 10:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 octobre 2017

Mon grand-père paternel (suite)

Dans le précédent article je vous présentai le parcourt de Poilu de mon grand-père paternel.

Voici la suite de son portrait :

En 1920, il passe son permis de conduire.

Et le 3 août 1920, il épouse Honorine Barelli, imagigner la rencontre me semble évident, car ils habitaients la même rue. Lui au n° 20 et Honorine au n° 18 ou ses parents tenaient une épicerie…

Puis, en 1922 vient la naissance d'un premier enfant, une fille, prénommée Catherine, qui malheureusement décède quelques mois plus tard.

Suivront d'autres enfants, Jean, René, Jeanne et Roger mon père.

Avec son frère Jean, ils achéteront un camion et projetteront de tenir l'Auberge de Pichauris (bien connue des Marseillais). Mais seulement Jean mènera à bien cet entreprise.

Dominique, étant boucher, travaillait aux abattoirs et il se blessa lors d'un chargement.

Un brouillon de lettre écrite par son cousin Fortuné, venu en aide à ma grand-mère, relate les faits :

Lettre accident Dominique

"C'était un vendredi, son cousin, venu le voir s'apperçoit d'une blessure au bras droit et Dominique lui a répondu, que ce n'était rien.

Le mercredi, il souffrait de cette blessure, mais il a continué de travailler jusqu'au samedi. Finalement son épouse fait appel au médecin, celui-ci a commencé à le soigner en l'inscrivant aux assurances sociales (sic !), mais le mardi le médecin le fait hospitaliser et le mercredi (5 août 1936) il décède à l’Hôpital Desbief."

Une enquête fut mener pour définir un accident de travail.

Convoc Enqt accident Dominique

Je n'ai retrouvé aucun document, confirmant ou non la reconnaissance d'un accident du travail ni d'une quelconque pension.

Ma grand-mère élévera seule ses 4 enfants, avec un grand courage, malgré les difficultés.

Posté par Sartea à 17:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Portrait de Poilu : Mon Grand-Père, paternel

Mon grand-père paternel, Dominique Marius Ghibaudo, que je n’ai pas connu, est né le 2 juin 1893 à Marseille.

Je ne sais rien de l’enfance et du jeune âge de mon grand-père. Le milieu social modeste, le temps, les chagrins ont effacé les souvenirs.

Il était le benjamin d’une fratrie, de 7 enfants, (6 garçons : Joseph, Jean, Charles Joseph, Charles Louis Albert, Barthélémy, Alexandre et 1 fille : Marie). Fratrie que j’ai pu reconstituer grâce au recensement de la population.

Ghibaudo Dominique portrait

Son père, Jean Baptiste (né en Italie) était charretier et sa mère Catherine Sibille journalière.

Malheureusement, quelques mois après sa naissance, son père décède à l’Hôtel Dieu à Marseille le 1er octobre 1893.

J’ai hérité de certains documents familiaux et  j’ai déjà travaillé sur cette époque avec d’autres documents, mais je réalise seulement aujourd’hui avoir en ma possession des documents vieux de 100 ans et pour certains même un peu plus.

Quand la Grande Guerre éclate mon grand-père, de nationalité Italienne, à 21 ans,  son registre matricule, précise qu’il est fils d’étranger n’ayant pas 22 ans révolus au moment de l’appel de la classe appelé à l’activité le 5 juillet 1915.

Mais il demande à s'engager en remerciement pour la France qui l'a accueillit.

Extrait Immatriculation Ghibaudo

Et est inscrit sous le n° 235 de la liste du 5° Canton de Marseille.

Et soutien de famille, car son frère, Alexandre, est lui aussi engagé dans l’armée française (portrait de Poilus à suivre)

Il est proposé  pour le service auxiliaire par la commission de réforme de Marseille du 21 juillet 1915 et affecté à la 15e Section d’infirmerie militaire en date du 27 juillet 1915.

Et Affecté à l’Hôpital Camp n° 53 à Marseille le 19.8.1915.

Cet hôpital est installé dans le Lycée Saint-Charles de Marseille, à 5 mn à pied de chez lui.

Je pense que cet hôpital soignait les blessés des troupes coloniales ? Au vu de cette photo.

Ghibaudo dominique Poilu

Puis maintenu au Service Auxiliaire par la commission de réforme de Nice le 11 février 1916

Et passé à la 2ème Section d’infirmiers militaires DM n° 13279 1/7 du 30 juin 1916

Et enfin, passé à la 11ème section de commis et ouvriers d’administration le 5 février 1917.

Il est démobilisé le 3 septembre 1919, par le dépôt démobilisateur de la 15 Son  de COOC

Et retourne vivre à Marseille 20, rue Neuve, avec sa mère ou il exerce la profession de boucher.

Mon grand-père est sorti indemne de la guerre de 14-18, mais hélas, il est décédé le 5 août 1936 du tétanos. Il avait à peine 43 ans.
 

Posté par Sartea à 16:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Mes Racines Piémontaises

Je sais peu de chose sur mes ancêtres. La famille de papa est originaire du Piémont en Italie, c’est un fait. Je suis donc remontée d’acte en acte ...

Au début de mes recherches, je me suis heurté à une première difficulté, impossible d’obtenir une copie de l’acte de naissance de mon grand-père, je n’ai obtenu qu’un extrait.

C’est mieux que rien me direz-vous, mais quelquefois on y glane quelques renseignements.

J’ai donc tâtonné un moment pour récolter d’autres renseignements sur Jean et Catherine.

Puis, petit à petit avec la découverte des actes de naissance des enfants et la liste du recensement, je peux maintenant esquisser une représentation.

Vers 1849, Jean Baptiste Ghibaudo né à Cervasca ou Bernezzo (c’est selon suivant les actes de naissance des enfants), mais les deux villes ne sont seulement distantes de quelques kilomètre (je vous présenterai dans un article dédié) peut-être le temps a-t-il effacé les mémoires ? Il est le fils de Joseph Ghibaudo  et de Marianne Pesto.

Catherine Sibille  est née, vers 1853, à ce jour je ne sais rien de plus.

En 1880, ils résidaient à Marseille au  quartier de la Belle de Mai, et étaient tous deux journaliers. Puis Jean devint charretier.

Malheureusement, le 1 octobre 1893 Jean décède à Hôtel Dieu à Marseille, à l’âge de 43 ans. Son dernier enfant, Dominique, est alors âgé de seulement 4 mois.

Catherine, restera seule a élevé ses enfants. Comment ? Dans quelles conditions ?

A suivre

Posté par Sartea à 16:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


Chronique familiale

Je sais que ne je suis pas très présente sur ce blog, pas assez d'énergie depuis quelques temps pour "Coutricrocheter" et autres loisirs créatifs.

Mais ce qui me vide vraiment la tête, c'est mes recherches généalogiques.

Alors j'ai décidé de créer une nouvelle catégorie sur ce thème, sous le titre " L'Eguilles au fil du temps".

Arquier Bigophonique

A bientôt j'espère.

Posté par Sartea à 16:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

La peur de Gabriel Chevalier

Les recherches généalogiques amènent à lire toutes sortes d'ouvrages, afin de mieux appréhender le sujet.

Un dossier sur 14 18 les Ecrivains et la guerre paru dans le magasine "Lire" du mois de mars 2014, présente divers ouvrages sous le titre la bibliothèque idéale.

Pour moi, qui suis tributaire de la Bibliothèque municipale, nombre des ouvrages présentés étaient déjà empruntés. Heureusement il en restait un pour moi et je ne suis pas déçu.

La Peur, sortie en 1931, ne connut pas un grand succès et l'auteur dut en suspendre la parution à cause de la Seconde Guerre mondiale. "Quand la guerre est là, ce n'est plus le moment d'avertir les gens qu'il s'agit d'une sinistre aventure." (préface de l'édition de 1951) :

Le narrateur, Jean Dartemont, classe 15, raconte la Première Guerre mondiale telle que G. Chevallier lui-même l'a vécue, comme simple soldat, sur le front puis, blessé, à l'hôpital. Paru pour la première fois en 1930, ce roman témoigne de la terrible expérience des combattants face à la férocité et l'inutilité de cette guerre.

LA PEUR couverture

En voici deux extraits :

Un ordre d'attaque arrive :

Il est dix heures du soir. Penchés, nous lisons par-dessus l’épaule de l’adjudant le sinistre papier que le commandant vient de lui communiquer.

L’arrêt de mort, l’arrêt de mort pour beaucoup… Nous nous regardons, et nos regards avouent notre détresse. Nous n’avons pas le courage de dire un mot. Les agents de liaison se retirent, chargés de la tragique nouvelle.

Bientôt cette nouvelle court le long du souterrain, éveille les dormeurs, anime l’ombre de chuchotements, redresse les corps étendus, qui ont des sursauts de moribonds.

-          On attaque !

Puis, c’est un lourd silence. Les hommes retombent dans l’immobilité, se réfugient dans le noir pour grimacer.

Chacun demeure stupide, assommé, la gorge serrée par le nœud coulant de l’angoisse : on attaque ! Chacun s’isole avec ses pressentiments, son désespoir, rassure, contraint sa chair indignée, révoltée, lutte contre les visions hideuses, contre les cadavres… La funèbre veillée commence.

- Vite, les ordres !

J’écris. J’écris ce que me dicte l’adjudant, des mots qui préparent le massacre de mes camarades, le mien peut-être.

Il me semble que je deviens complice cette décision. Je calque aussi plusieurs plans pour les commandants de compagnie, sur lesquels je trace un trait de crayon rouge qui délimite l’objectif. Comme un officier d’état-major… Mais moi, je suis pris dans l’affaire…

Les ordres partent. Plus rien ne m’occupe l’esprit. J’envisage l’heure H. pour nous aussi la journée sera dure, il faudra sans doute se porter en avant.

On va attaquer : on va mourir. Donnerais-je ma vie pour la tranchée des Casques ? Non ! Et les autres ? Non plus ! Et cependant des centaines d’hommes, qui voudraient tant ne pas se battre, vont attaquer.

Nous n’avons plus d’illusions sur le combat… Un sel espoir me soutien : peut-être ne serai-je pas obligé de me battre, un espoir honteux, un espoir d’homme !

Je réussis à dormir un peu....

Il est trois heures du matin. Nous n’allons pas tarder à quitter l’abri. Je m’occupe de mon équipement, de mettre le maximum de chances de mon côté. Je sais que la liberté de mouvement est d’une extrême importance. Puisque nous sommes en été, je décide de laisser ici ma capote et ma seconde musette. Je marcherai avec ma musette de vivres, mon bidon plein de café, mon masque et mon pistolet. Le pistolet est la meilleure arme pour le combat rapproché. Le mien contient sept balles et j’ai un chargeur de rechange dans ma poche gauche. Affronter un Allemand ne m’effraie pas énormément : c’est un duel où l’adresse et la ruse participent. Mais le bombardement, le tir de barrage, les mitrailleuses…

Au besoin, je prendrai des grenades dans la tranchée. Je n’aime pas les grenades. Cependant…

Mais il n’est pas possible que cette chose ait lieu !... Ah ! Mon paquet de pansements…

Maintenant, autour de moi, les hommes s’équipent également, avec des exclamations violentes, dans un cliquetis d’objets et d’armes.

Soudain, le commandement, venu on ne sait d’où, qui transforme en une réalité immédiate cette hantise qui nous fait horreur, et abolit les derniers délais :

- Dehors !

....

La nuit finissante est encore illuminée par des fusées, des lueurs glacées qui nous éblouissent et nous laissent ensuite dans un trouble chaos. Notre attention est occupée par la marche, l’action. L’habitude est si forte, l’esclavage si bien organisé que nous allons en bon ordre, docilement, au seuil endroit du monde où nous voudrions ne pas aller, avec une précipitation machinale.

Nous atteignons rapidement la première ligne. Frondet et moi, nous allons nous présenter au lieutenant Larcher qui commande la 9°. Du fond de son abri, il nous répond :

- Restez là, dans la tranchée, avec ma liaison.

Le petit jour paraît, éclaire tristement ces champs silencieux, ternes et ravagés, où tout est destruction et pourriture, éclaire ces hommes livides et mornes, couverts de haillons boueux et sanglants, qui frissonnent au froid du matin, au froid de leur âme, ces attaquants épouvantés qui supplient le temps de s’arrêter.

Nous buvons de l’eau-de-vie, fade au goût comme du sang, brûlante à l’estomac comme un acide. C’est un infect chloroforme pour nous anesthésier l’esprit, qui subit le supplice de l’appréhension, en attendant le supplice des corps, l’autopsie à vif, les bistouris ébréchés de la fonte.

4 heures 40. Ces minutes qui précèdent le bombardement sont les dernières de la vie pour beaucoup d’entre nous. Nous redoutons, en nous regardant, de deviner déjà les victimes. Dans quelques instants, des hommes seront déchirés, étendus,  seront des macchabs, objets hideux ou indifférents, semés dans les trous d’obus, piétinés, dont on vide les poches et qu’on enfouit hâtivement. Pourtant, nous voulons vivre...

Toute retraite nous est coupée.

Quelques torpilles éclatent en arrière de nous. Des mitrailleuses crépitent, des balles claquent dans le parapet que nous devons franchir.

Notre avenir est devant nous, sur ce sol labouré et stérile où nous allons courir, la poitrine, le ventre offerts…

Nous attendons l’heure H, qu’on nous mette en croix, abandonnés de Dieu, condamnés par les hommes.

Déserter ! Il n’est plus temps…

Puis quelques pages plus loin : ...

Ainsi équipés à notre fantaisie, les musettes au côté, la couverture en sautoir, et la canne à la main, les marches deviennent pour nous du tourisme. Ceux qui s’intéressent au paysage ont le plaisir de découvrir de vastes panoramas, un tournant de route pittoresque, un lac profond et pur dans la cuvette de la vallée, des pâturages d’un vert de balustrade peinte à neuf, les lisières de bouleaux qui égaient un parc, une vieille demeure aux fers forgés rouillés, aux volet branlants, mais qui conserve de la noblesse dans sa décrépitude, comme une grande dame dans le malheur. Les matins sont délicieux, teintés d’une vapeur bleue, et, lorsque la brume en se dissipant découvre les lointains, ils rosissent. Des clochers aigus étincellent soudain et le coq, en haut, se chauffe au soleil. Tous nous avons la surprise du nouveau cantonnement où nous coucherons le soir, d’un village à explorer, dont il faut découvrir les ressources en épiceries, en bistrots, en paille, en bois, et en femmes si l’on s’attarde. Mais les femmes sont rares et les innombrables convoitises dont elles sont l’objet se gênent les unes les autres. L’excès des désirs protège leur vertu, dont les heureux bénéficiaires sont le plus souvent des hommes des services de l’arrière qui ont pris leurs quartiers dans le village.

Raconté dans un style clair, simple et alerte. Tout y est, la déclaration, l'instruction, la permission en famille, le baptème du feu...

Un livre témoignage et pour ne pas oublier les horreurs de la guerre et ceux qui ont combattus.

 


 

"Les morts ne meurent pas quand ils descendent dans la tombe,

mais bien quand ils descendent dans l'oubli."

Henri Auclair

Posté par Sartea à 16:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Mes outils de généalogie

I – Un grand classeur dans lequel je range mes Fiches de recherche par individu, classée par n° de sosa avec une copie des Actes Etat Civil et tous documents concernant la personne.

Et un arbre, format A3, que je rempli à la main.

Mon premier arbre

II - Sur mon PC, j’ai créé un dossier « Généalogie » qui contient différents dossiers :  

-      Une Liste par génération sous excel : n° sosa, nom, prénoms, colonne vérification, date naissance, lieux naissance, mariage, décès)

-      Une Liste même avec la même configuration pour les fratries, que je complète au fur et à mesure de mes découvertes

-      Dossier « Etat civil » sous dossier par lignée dans lequel je range par «  n° sosa nom et prénom » tous les actes d’état-civil ou paroissiaux que je trouve. Ainsi que les transcriptions de ces actes

-      Histoire familiale

-      Dossier spécifiques :

  • Individus pour lesquels je veux créer un dossier particulier (service militaire, guerre, métier particulier, origine particulière. Etc…)
  • Lieux
  • Métiers
  • Militaire (Registre Matricule etc…)
  • Origine noms
  • Outils de travail (dépôts d’archives, fiche de recherche, de couple, de vie / méthode, etc…)
  • Recherches en cours

III – J’ai un logiciel de généalogie, Ancestrologie, (formule gratuite)

IV – J’ai déposé mon arbre en ligne sur Généanet.

 

 

Posté par Sartea à 16:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

03 février 2017

Honorine d’Userche

Honorine d’Userche d’Isabelle de Charrière

Roman lu dans le cadre du challenge « Femmes de Lettres » Saison 2

Le challenge est proposé par Les Livres de George. Il s’agit de lire des auteurs féminins du XVIIe au XXIe siècle, répartit en plusieurs catégories, de partager nos billets et de faire un lien vers le blog Les Livres de George.

Pour moi c’est dans la Catégorie « Miss de Lettres » Lire un auteur par siècle quel que soit sa nationalité et quel que soit le genre littéraire.

Honorine d'Userche

 

Quatrième de couverture :

Ne pouvant donc lui échapper, je me rendis au Luxembourg. Elle m’attendait et vint à moi aussitôt qu’elle m’aperçut. Je fus frappé à l’aspect de sa personne tout à fait formée, et qui joignait à la fraîcheur du premier âge, la grâce et l’assurance que donne le sentiment de ce que l’on est et de ce que l’on peut. – vous avez peine à me reconnaître, me dit-elle en souriant, en dois-je être fâchée ? Je l’assurai qu’elle n’avait que gagné depuis près d’un an que je ne l’avais vue. Ses yeux en effet me parurent plus vifs, et je remarquai que des cils et des sourcils bruns, donnaient chez elle à des yeux bleus une beauté qu’ions ont rarement. Imaginez avec cela de beaux cheveux blonds, une grande blancheur, assez d’embonpoint, une stature au-dessus de la médiocre, une démarche ferme et fière, et vous aurez une idée d’Honorine d’Userche telle qu’elle était à quatorze ans et demi ; depuis, elle a grandi encore et encore embelli, jusqu’à ce que le malheur ait fané tout à coup cette fleur éblouissante. Elle a perdu son éclat, mais les formes sont restées ; à présent elle attendri ou plutôt elle tourmente le cœur ; alors elle enchantait.

Ce que je pense du roman : d’une écriture raffinée, le thème en est l’éducation des femmes de l’aristocratie et dépeint les meurs de son temps, mariages arrangés, maîtresses, enfants cachés. Une histoire d’amour impossible.

Après mes recherches sur l’auteure, j’ai surtout envie de partager son parcours de femmes au XVIII° siècle au moment de la révolution. 

 

L’auteur :

Isabelle de Charrière, plus connue aux Pays-Bas sous son nom de jeune fille, Belle van Zuylen, naît près d'Utrecht, en Hollande, le 20 octobre 1740. Issue d'une ancienne famille aristocratique, elle se distingue très jeune par son esprit d'indépendance, sa curiosité intellectuelle et son talent pour les lettres.

Elle entre en littérature à l’âge de 20 ans avec la publication anonyme de « Le Noble » (1762), une satire ironique des préjugés de son milieu social.

Après plusieurs projets de mariage qui échouent les uns après les autres, Belle épouse en 1771 Charles-Emmanuel de Charrière, un gentilhomme vaudois établi à Colombier, dans la principauté de Neuchâtel, en Suisse. Mésalliance aux yeux de beaucoup, puisque son époux est l'ancien précepteur de ses frères, c'est à ce prix pourtant qu'elle conquiert la liberté dont elle a tant soif.

A partir de 1784 commence une période d'intense activité littéraire, qui ne s'arrêtera que peu de temps avant sa mort, à l’âge de 65 ans, le 27 décembre 1805, dans sa demeure du Ponter à Colombier.

La réflexion politique occupe beaucoup les esprits dans les années qui suivent la Révolution française et l'œuvre d'Isabelle de Charrière en porte la trace ; nombreux sont les romans, pièces de théâtre et pamphlets qui se font l'écho des événements qui agitent la France. Les mêmes préoccupations se retrouvent dans les lettres qu'elle échange avec ses correspondants, dont Benjamin Constant.

Epistolière prolixe, Isabelle de Charrière a aussi été un mentor ambitieux et affectueux pour des jeunes filles de son entourage à qui elle enseignait l'anglais, conseillait des lectures ou qu'elle initiait à l'écriture de romans. Passionnée de musique, elle s'est également essayée à la composition. Il nous reste d'elle des romances, des menuets, des sonates ainsi que des livrets d'opéra.

Belle lecture et merci au blog "les livres de George" pour ce Challenge

 

10 août 2016

Atelier Sculptures sur Légumes

2016-08-10 16

Journée de répit avec l'Association d'Aide aux Aidants, au programme Atelier de sculpture sur légumes -animé par l'Art du Temporel, puis repas Mexicain, préparé par un chef cuisinier qui vient de là-bas (ou presque, exactement il vient du Vénézuéla via le Mexique).

2016-08-10 16

Ensuite montage de la composition avec les sculptures faites le matin.

Sans oublier les papotages et les fous rires.....

Bref une " Chouette " journée de laquelle je suis revenue avec ma petite composition. Suis' trop contente !!!!

2016-08-10 16

 

Posté par Sartea à 18:25 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , ,